Chateaubriand, Études historiques

Etudes historiques

« Maintenant les trois vérités fondamentales, combinées d’une autre façon, vont produire aussi les faits du Moyen-Âge : la vérité religieuse, dominant tout, ordonnera la guerre et commandera la paix, favorisera la vérité politique (la liberté) dans les rangs inférieurs de la société, ou soutiendra partiellement le pouvoir dans des intérêts privés ; elle poursuivra avec le fer et le feu la vérité philosophique échappée de nouveau du sanctuaire sous l’habit de quelque moine savant ou hérétique. Ainsi continuera la lutte jusqu’au jour où les trois vérités, se pondérant, produiront la société perfectionnée des temps actuels »1

                Avec ses Études historiques, Chateaubriand revendique une harmonisation des temps comme principe historiographique majeur : parce que la question des rapports qui unissent et qui distinguent les différentes temporalités est complexe, il convient de ne rien exclure et de chercher un moyen de composer avec la différence pour parvenir à constituer un récit à la fois intelligible et intelligent. C’est ainsi que l’historien en appelle dès les premières pages de son ouvrage au principe de pondération qui doit constituer la société future qu’il appelle de ses vœux, et de laquelle doit s’inspirer le renouvellement de l’écriture historique qui s’installe depuis la révolution française. Une idée juste des temps, c’est-à-dire une idée non seulement impartiale et la plus exacte possible, mais aussi une idée qui sait reconnaître dans l’étrangeté du temps ce qui relève de la différence ou de la similarité. Ne pas forcer l’exotisme du passé donc, ni le considérer simplement comme un précurseur du temps présent : trouver sa juste place, sa juste définition ; et par conséquent trouver l’écriture qui saura le mieux rendre compte de l’histoire.

Continuer la lecture de Chateaubriand, Études historiques

  1. François-René de Chateaubriand, Œuvres complètes, t. 5, Études historiques, Paris, Lefèvre – Ladvocat, 1831, p.4. []

François Guizot et l’enseignement de l’Histoire

François Guizot

« Il faudrait donc, pour se conformer à la vraie chronologie, à la chronologie interne et morale, étudier les hommes avant la société. Mais l’ordre historique véritable, l’ordre dans lequel les faits se succèdent et s’engendrent réciproquement, diffère essentiellement de l’ordre scientifique, de l’ordre dans lequel il convient de les étudier. Dans la réalité, les faits se développent, pour ainsi dire, du dedans au dehors ; les causes sont intérieures et produisent les effets extérieurs. L’étude, au contraire, la science, procède et doit procéder du dehors au-dedans. C’est du dehors qu’elle est d’abord frappée ; c’est le dehors qu’elle atteint du premier coup, et c’est en le regardant qu’elle avance, pénètre et arrive, pas degrés, au-dedans.

Nous rencontrons ici, Messieurs, la grande question, la question si souvent et si bien traitée, mais non encore épuisée peut-être, des deux méthodes, l’analyse et la synthèse. Celle-ci est la méthode primitive, la méthode de création ; l’autre est la méthode de seconde date, la méthode scientifique. Si la science voulait procéder suivant la méthode de création, si elle prétendait saisir les faits dans l’ordre suivant lequel ils se produisent, elle courrait grand risque, pour ne pas dire plus, de ne se point placer en débutant à la source pleine et pure des choses, de n’en pas embrasser le principe tout entier, de ne se prendre qu’à l’une des causes d’où les effets dérivent ; et, engagée alors dans une voie étroite et fausse, elle s’égarerait de plus en plus ; et au lieu d’arriver à la création véritable, au lieu de trouver les fait tels qu’ils se produisent réellement, elle n’enfanterait que des chimères sans valeur, malgré la puissance intellectuelle qu’on aurait dépensée à les poursuivre, mesquines au fond, sous une apparence de grandeur.

D’autre part, si la science, en procédant du dehors au-dedans, selon la méthode qui lui est propre, oubliait que ce n’est point là la méthode primitive et féconde, que les faits en eux-mêmes subsistent et se développent dans un autre ordre que celui où elle les voit, elle pourrait arriver à oublier que les faits la précèdent, à méconnaître le fond même des choses, à s’éblouir d’elle-même, à se prendre, en quelque sorte, pour la réalité, et à n’être bientôt plus qu’une combinaison d’apparences et de termes, aussi vaine, aussi trompeuse que les hypothèses et les déductions de la méthode contraire.

Il importe, Messieurs, de ne jamais perdre de vue cette distinction et ses conséquences ; nous les rencontrerons plus d’une fois sur notre chemin. »

François Guizot, Cours d’histoire moderne. Histoire de la civilisation en France, depuis la chute de l’Empire romain jusqu’en 1789, t. 1, Paris, Pichon et Didier, 1829, p. 42-44.

La violence au XIXe siècle, ou la création de l’histoire & de l’historien

Compte rendu de : Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre‑tombe, Paris : Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2014, 668 p., EAN 9782745326386.

 

Chateaubriand violence histoire

 

En France, la violence et la constitution de la discipline historique moderne sont indissociablement liées. À bien des égards, c’est la Révolution française — et par extension la Terreur — qui a conduit à cet engouement pour l’histoire et pour l’invention d’une nouvelle généalogie nationale ; la nouvelle génération d’historiens et d’hommes de lettres réagit en effet à la violence telle qu’elle a pu s’exprimer dans cette image obsédante de la guillotine et tend à conjurer cette menace qui pèse encore sur la France et qui hante les esprits chaque fois qu’une nouvelle poussée révolutionnaire se présente à l’horizon. En ce sens, le xixe siècle est l’enfant de la Terreur et de la guillotine ; c’est la violence qui enfante ce que Gabriel Monod désignera en 1876 comme le siècle de l’histoire.

1793 est donc une date hautement symbolique qui marque l’inscription de la France dans une nouvelle histoire : les procédés narratifs pour en rendre compte changent nécessairement, tout autant que les acteurs ou les problématiques de cette discipline renaissante. La violence se fait distance insurmontable, séparant l’avant de l’après 1793. « La Révolution, toute la Révolution, voilà la source de la littérature du xixe siècle », écrira Victor Hugo en 1864. Anne‑Sophie Morel, dans son ouvrage, nous montre que cette violence fondatrice n’est pas seulement à l’origine de la littérature du siècle, mais aussi de l’histoire en tant que discipline scientifique. En étudiant la violence chez Chateaubriand, elle se livre par conséquent à un véritable essai d’historiographie et d’épistémologie historique dans une approche à bien des égards féconde.

La suite sur Acta Fabula

Écrire l’histoire de la Révolution française au XIXe siècle. Une écriture de la transmission

Mémoire de master 2ème année soutenu le 24 juin 2013 en présence de :

  • Mme Dominique Dupart, maître de conférences en littérature française du XIXème siècle.
  • Andrea Del Lungo, professeur de littérature française du XIXème siècle, directeur de recherche.

Introduction.

Le XIXe siècle est une période charnière pour l’écriture de l’histoire en France. C’est à la fois la naissance de l’histoire considérée comme une discipline scientifique disposant de sa propre méthodologie et de son propre corps professionnel, son expansion dans tous les domaines culturels, au sens large du terme – peinture, romans, nouvelles, théâtre, gravures, mais aussi discours et actions politiques, manuels scolaires, cours, journaux, etc. –, ainsi qu’un profond renouvellement de la manière de considérer le rapport des hommes au temps, à leur passé comme à leur avenir, ce qui induit de nouvelles pratiques d’écriture dans le champ historique. La période, qui s’ouvre avec le bouleversement que fut la Révolution française dans les esprits, fut donc pour l’histoire une tension perpétuelle entre sa spécialisation disciplinaire et son inclusion dans d’autres disciplines avec lesquelles elle se trouve dans un dialogue permanent. Le siècle de l’histoire est donc celui d’une importante coopération de tous les moyens d’expression pour écrire une histoire répondant à des fins diverses, aussi bien esthétiques que politiques, méthodologiques, philosophiques ou encore idéologiques. Dès lors, ces différents supports se concurrencent autant qu’ils se complètent ; nous n’étudierons donc pas tant l’histoire en tant que discipline que l’écriture de l’histoire considérée comme un ensemble de faits. Ce sont ces faits qui nous importent, et en premier lieu ceux de la période révolutionnaire à laquelle nous nous attacherons, considérés comme étant l’origine d’un profond bouleversement dans la manière de concevoir le temps et par conséquent dans la manière même d’écrire ces faits historiques.

Continuer la lecture de Écrire l’histoire de la Révolution française au XIXe siècle. Une écriture de la transmission

Créer la légende, écrire l’histoire – L’exemple de la fête de Ch’Pureux à Roost-Warendin

Légende du Pureux

Créer l’histoire avant qu’elle ne devienne une histoire vivante et vécue ; c’est le pari que s’est lancé Gérard Couche en 1988 lorsqu’il imagine une légende historique qui fait aujourd’hui partie du patrimoine de la ville de Roost-Warendin, dans le Nord. Inventée de toute pièce, cette légende prend aujourd’hui l’aspect d’un véritable événement historique qui participe de l’identité même de la ville, qui lie et relie entre eux les habitants de cette petite ville du Nord autour d’un passé commun, et qui trouve à s’exprimer tous les ans à l’occasion de la désormais célèbre fête de Ch’Pureux. Mêlant la référence historique, le bel anachronisme, le mémoriel, le légendaire, l’histoire vivante, le local et l’universel, cet événement apparaît comme le laboratoire à partir duquel on peut constater la possibilité de constitution a posteriori d’une histoire à la fois vivante, vécue et pourtant imaginaire.

Continuer la lecture de Créer la légende, écrire l’histoire – L’exemple de la fête de Ch’Pureux à Roost-Warendin

L'histoire dans tous ses états