Créer la légende, écrire l’histoire – L’exemple de la fête de Ch’Pureux à Roost-Warendin

Légende du Pureux

Créer l’histoire avant qu’elle ne devienne une histoire vivante et vécue ; c’est le pari que s’est lancé Gérard Couche en 1988 lorsqu’il imagine une légende historique qui fait aujourd’hui partie du patrimoine de la ville de Roost-Warendin, dans le Nord. Inventée de toute pièce, cette légende prend aujourd’hui l’aspect d’un véritable événement historique qui participe de l’identité même de la ville, qui lie et relie entre eux les habitants de cette petite ville du Nord autour d’un passé commun, et qui trouve à s’exprimer tous les ans à l’occasion de la désormais célèbre fête de Ch’Pureux. Mêlant la référence historique, le bel anachronisme, le mémoriel, le légendaire, l’histoire vivante, le local et l’universel, cet événement apparaît comme le laboratoire à partir duquel on peut constater la possibilité de constitution a posteriori d’une histoire à la fois vivante, vécue et pourtant imaginaire.

La légende qui naît dans l’esprit de Gérard Couche en 1988 s’enracine dans le XVIIIe siècle français, alors que le terrible dragon Estreimbiesse (dans le nom duquel on reconnaît l’anagramme de la bêtise et de la misère) terrorise la population et met en déroute les armées du seigneur de Belleforière et de ses alliés germaniques. Un seul homme connaît le moyen de se débarrasser de la bête, un homme mystérieux et masqué que personne n’ose approcher et qui vit à l’écart dans le marais : le Pureux. C’est un jeune garçon orphelin de père, Colas, qui seul osera s’approcher du Pureux en échange de quoi celui-ci lui donnera le moyen de vaincre le dragon. Ce sont des valeurs de solidarité et de tolérance que Colas essaiera de transmettre à la population pour accepter d’écouter les enseignements du Pureux, et finalement vaincre le dragon qui prend la fuite mais qui menace de revenir si un jour la désunion devait de nouveau se répandre dans la ville. C’est donc bien à une légende que nous avons affaire et qui trouve son intention morale dans la devise de la compagnie des Pureux  : « Mêler les hommes, c’est l’avenir de l’homme ».

CIMG5893

La légende n’est pas étrangère à l’histoire, si l’on considère celle-ci selon son acception étymologique ; legenda, c’est ce qui doit être lu, c’est-à-dire ce qui doit être mis en récit pour être transmis oralement. Cette transmission orale conduit nécessairement à la défiguration des faits historiques et donne la priorité à l’intention morale. Un récit, une morale et une certaine dose d’allégorie constituent ici les différents éléments qui composent la légende du Ch’Pureux, une légende qui s’enracine dans un arrière-plan historique à la manière dont les romans prennent parfois des libertés avec l’histoire pour pouvoir la transmettre plus efficacement.

En créant cette légende, consciemment ou inconsciemment Gérard Couche a donné une histoire à la ville de Roost-Warendin, a transmis au passé de cette ville un sens qui lui permet d’être vivant et vécu, au prix de quelques libertés avec celui-ci. Ce prix est-il trop lourd ? Les habitants de Roost-Warendin finiront-ils par oublier leur histoire pour ne la considérer que sous l’angle de cette légende aujourd’hui si populaire ?  Nous ne le pensons pas, tant la légende redonne à l’histoire un aspect ludique, intéressant et donc transmissible qui pouvait lui manquer au premier abord. Autrement dit, si la légende ne correspond pas à la réalité historique, du moins permet-elle de parler de la réalité historique et de la transmettre à certains égards.

C’est l’existence d’une fête annuelle à Roost-Warendin qui donne le plus à lire cette mise en scène de la légende mais aussi de l’histoire au sein de la légende. Le 2 et 3 mai 2015 se sont ainsi réunis les habitants de Roost-Warendin pour célébrer et revivre la légende du Pureux, tandis que les habitants de la ville étaient invités à afficher devant leur maison un drapeau aux couleurs de la légende et recevaient en échange la visite d’un Pureux qui leur apportait un peu de soupe. Il y a presque un aspect mémoriel à ce rassemblement qui mime certains aspects de ce que l’on appelle l’histoire vivante, c’est-à-dire le fait pour des acteurs de revivre l’histoire et de reconstituer au mieux les vêtements et les conditions matérielles et sociales de l’époque. Ici, l’ambition n’est pas aussi grande, mais ce sont pourtant plusieurs habitants qui s’habillent afin de mimer l’époque et les événements légendaires ; nous pouvons ainsi observer bon nombre de Pureux munis de leur masque et de leur bâton au cours de ce week-end.

CIMG5944

CIMG5964                Le samedi soir, c’est à une marche aux flambeaux qu’étaient conviés les habitants de Roost-Warendin devant le château de Bernicourt, donnant à lire dans cette légende du XVIIIe siècle une atmosphère qui pourrait bien mener inévitablement aux événements révolutionnaires de la fin du siècle. Humanisme, universalisme, tolérance, ouverture à l’autre : comment ne pas penser aux ambitions qu’ont pu afficher les premiers révolutionnaires ? C’est presque à une histoire des mentalités que se livre ainsi la ville de Roost-Warendin ces deux jours, donnant à comprendre ce qui pouvait animer les hommes du XVIIIe siècle, leurs espoirs tout autant que leurs dissensions ou leurs difficultés économiques. Est-ce un hasard si la marche aux flambeaux devant le château rend inévitable le souvenir des événements révolutionnaires ? C’est en tout cas frappant et cela invite à lire autrement la légende et à la comprendre sous cette perspective.

CIMG5924                Il a fallu toutefois attendre le lendemain pour que l’histoire prenne forme et se mette à vivre sous les yeux des habitants, lorsque la reconstitution du géant Colas par des étudiants de l’École des Mines se mit à affronter le dragon à l’aide des jeunes enfants de la ville déguisés en Pureux pour l’occasion. Passé et présent, légende et réalité se confondent alors pour faire revivre l’histoire. Les habitants sont donc conviés à devenir acteurs d’une histoire passée mais pourtant encore vivante, et cela grâce à l’inscription de l’histoire au sein d’une légende qui lui donne un aspect plus plaisant et qui fait donc d’elle une histoire commune et mieux partagée.

CIMG5978

CIMG5951

CIMG5943                On pourrait parler de vulgarisation de l’histoire et de la période historique du XVIIIe siècle, grâce à la constitution de la légende mais aussi par l’usage de l’ironie, de l’anachronisme et du rire qui dévoilent un décalage qui ancre le passé au sein du présent et relie ainsi les hommes du présent au passé qui les définit toujours partiellement. C’est ce qu’a pu montrer la pièce de théâtre qui fut jouée par des acteurs amateurs de Roost-Warendin et qui a su conter admirablement une part des angoisses et des problématiques sociales, économiques et géopolitiques de l’époque sous l’aspect plaisant de la moquerie et du burlesque. La légende du Pureux n’y fut pas contée, mais plutôt son contexte puisque l’on a pu y avoir les habitants et le seigneur de Belleforière en proie au dragon sans parvenir à le vaincre, et cela malgré l’alliance avec les germaniques ridiculisés tout au long de la pièce. Les travers de la noblesse tout autant que ceux de la paysannerie sont bien soulignés et l’on voit l’abîme qui sépare ces deux univers qui pourtant se rejoignent dans la misère, la peur et l’angoisse face à la créature. L’anachronisme y est constant et volontaire, traduisant admirablement les travers et les ridicules d’une époque dont certaines valeurs ne sont pourtant pas si étrangères aux nôtres. L’anachronisme fait sens donc, parfois, et rend audible une pièce qui n’a pas vocation première à transmettre l’histoire mais qui permet toutefois de s’immerger dans cette période et d’y prendre goût. Manière de dire au spectateur, également, que l’histoire qui nous est contée n’a pas pour vocation à être simplement admirée mais aussi reproduite ou qu’elle doit du moins obtenir un statut d’ordre pédagogique ; de fait, l’idéologie contemporaine n’est pas absente de cette réunion, de ces spectacles et de cette légende : les relations franco-allemandes y sont mises à l’honneur et la devise des Pureux rend compte de l’idéal universaliste qui fut celui des Lumières du XVIIIe siècle (que l’on trouve ici en plein cœur de la campagne) et qui peut encore trouver son application de nos jours.

CIMG6008CIMG6023CIMG6000                Un idéal universaliste et fraternel qui n’est toutefois pas coupé du particularisme local, comme en témoignent les démonstrations de danse flamande, ou l’inscription de l’universalisme au sein d’une légende qui s’enracine dans une histoire propre à un lieu et qui prend un nom et des personnages qui donnent à reconnaître les influences culturelles et linguistiques du Nord (fête de Ch’Pureux, dragon Eistreimbiesse, etc.).

CIMG5892CIMG6032                Contradiction entre le réel (particularisme) et l’idéal (universalisme) ? À moins que l’allégorie qui donne à lire dans cette légende l’histoire commune de la France et les prémisses de la Révolution française relie ce particularisme à la mémoire de l’ensemble national dans lequel s’inscrit Roost-Warendin. Une manière d’atteindre à l’universel tout en respectant la spécificité de la culture locale. Une entreprise en tout cas fascinante, qui fait d’une légende imaginée la matière d’une histoire fictive mais commune et vécue, qui elle-même trouve son enracinement et renvoie à un cadre historique réel. Ou comment l’imagination peut nourrir l’histoire.

Pour citer cet article : Dimitri Julien, "Créer la légende, écrire l’histoire – L’exemple de la fête de Ch’Pureux à Roost-Warendin". Publié sur Écritures historiques, 14/05/2015, [En ligne] URL : https://ecrirehist.hypotheses.org/178.


Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *