Écrire l’histoire de la Révolution française au XIXe siècle. Une écriture de la transmission

Mémoire de master 2ème année soutenu le 24 juin 2013 en présence de :

  • Mme Dominique Dupart, maître de conférences en littérature française du XIXème siècle.
  • Andrea Del Lungo, professeur de littérature française du XIXème siècle, directeur de recherche.

Introduction.

Le XIXe siècle est une période charnière pour l’écriture de l’histoire en France. C’est à la fois la naissance de l’histoire considérée comme une discipline scientifique disposant de sa propre méthodologie et de son propre corps professionnel, son expansion dans tous les domaines culturels, au sens large du terme – peinture, romans, nouvelles, théâtre, gravures, mais aussi discours et actions politiques, manuels scolaires, cours, journaux, etc. –, ainsi qu’un profond renouvellement de la manière de considérer le rapport des hommes au temps, à leur passé comme à leur avenir, ce qui induit de nouvelles pratiques d’écriture dans le champ historique. La période, qui s’ouvre avec le bouleversement que fut la Révolution française dans les esprits, fut donc pour l’histoire une tension perpétuelle entre sa spécialisation disciplinaire et son inclusion dans d’autres disciplines avec lesquelles elle se trouve dans un dialogue permanent. Le siècle de l’histoire est donc celui d’une importante coopération de tous les moyens d’expression pour écrire une histoire répondant à des fins diverses, aussi bien esthétiques que politiques, méthodologiques, philosophiques ou encore idéologiques. Dès lors, ces différents supports se concurrencent autant qu’ils se complètent ; nous n’étudierons donc pas tant l’histoire en tant que discipline que l’écriture de l’histoire considérée comme un ensemble de faits. Ce sont ces faits qui nous importent, et en premier lieu ceux de la période révolutionnaire à laquelle nous nous attacherons, considérés comme étant l’origine d’un profond bouleversement dans la manière de concevoir le temps et par conséquent dans la manière même d’écrire ces faits historiques.

Le premier XIXe siècle, c’est-à-dire pour ce qui est de l’écriture de l’histoire l’ensemble des ouvrages qui se situent entre la Révolution française et la naissance de l’école méthodique dans les années 1870, constituera notre objet d’étude. Cette première période d’écriture de l’histoire est constituée d’une pluralité d’approches et de moyens d’expression différents qui ne rendent pas aisée l’unification et le choix d’un tel regroupement sous le terme général que nous avons choisi, celui de « premier XIXe siècle ». En réalité, peut-être faudrait-il distinguer également un prélude à ce siècle dans l’écriture immédiate des événements révolutionnaires en cours. Pourtant, cette période qui couvre presque quatre-vingts ans se caractérise par un étonnant foisonnement dans la manière même de composer et d’écrire une histoire, comme dans la diversité des supports employés. L’histoire se cherche alors, elle ne possède pas encore de modèle bien défini ni une méthodologie rigoureusement fixée comme ce sera le cas pour l’école méthodique. C’est une période de découverte d’un territoire vaste et nouveau : celui des sciences humaines, et celui de l’histoire en particulier, ce dont rendent compte les multiples initiatives des hommes de ce temps pour essayer de repenser leur rapport aux ancêtres – que ce soit entre autre dans le domaine politique avec l’apparition de la notion de patrimoine, dans le domaine culturel avec l’apparition du musée et des Expositions Universelles, dans le domaine de l’enseignement avec un approfondissement des manières d’organiser et d’écrire les manuels scolaires à destination des élèves, dans le domaine artistique enfin, avec l’essor du roman historique. Tous ces supports et tous ces moyens d’expression relèvent plus ou moins du champ littéraire au sens large du terme, c’est-à-dire du champ d’une écriture travaillée et communicative en vue de composer une œuvre destinée à être lue ou entendue et à être elle-même retravaillée dans l’intention de produire d’autres œuvres, selon la méthode dont rend compte Jean Starobinski et théorisée par Hans Robert Jauss dans Pour une esthétique de la réception :

Il apparaît très clairement que toute œuvre d’art s’élabore d’emblée comme l’interprétation « poétique » d’un matériau à interpréter ; qu’à son tour l’œuvre d’art devient objet d’interprétation pour une lecture tantôt « naïve », tantôt « critique », laquelle produit une nouvelle œuvre soit en percevant différemment le texte reçu, soit en le doublant d’un commentaire, soit enfin en le récrivant de fond en comble.1

Dès lors, il nous apparaît moins important de sélectionner un corpus d’œuvres traditionnellement présentées comme littéraires pour étudier la manière dont l’histoire s’y écrivait que de mettre en regard les différents moyens d’expression employés à cette époque pour concevoir l’écriture de l’histoire comme un genre à part entière, transversal, brisant les différences disciplinaires encore peu établies à l’époque, afin de percevoir entre toutes ces œuvres sélectionnées des échos, des oppositions, des dialogues, des lignes de force ou de fracture. Autrement dit, la littérature en tant que telle n’apparaîtra que comme une discipline parmi d’autres, de la même manière que le roman ne sera qu’un genre parmi les autres. Comme l’écrivait Alain Vaillant dans la revue Romantisme, « la littérature n’est qu’un moyen parmi d’autres – mais il est vrai l’un des plus élaborés et des plus complexes – dont disposent les sociétés humaines pour communiquer, transmettre et échanger des messages, des informations, des opinions, des sentiments »2. Aussi en appelle-t-il à une histoire de la communication littéraire, c’est-à-dire à rassembler l’ensemble des supports communicatifs pour les mettre en regard les uns avec les autres. C’est ce que nous avons essayé d’esquisser dans cette étude, à partir d’un corpus certes limité mais divers. Cette histoire de la communication nous semble en effet particulièrement propice à être mise en œuvre dans le domaine de l’écriture de l’histoire au XIXe siècle, c’est-à-dire dans un domaine participatif et pluriel. La littérature en tant que telle nous intéressera par conséquent moins que l’écriture littéraire, bien que celle-ci renvoie inévitablement à celle-là. Nous échapperons donc à ce qu’Alain Vaillant appelle le péché de littératuro-centrisme tout en conservant dans notre étude une attention particulière à l’écriture littéraire elle-même :

J’ai suggéré, écrit Alain Vaillant, d’appeler littératuro-centrisme le deuxième péché de l’histoire littéraire. Il consiste, même pour ceux qui ont acquis la conviction qu’il fallait sortir l’histoire littéraire de son splendide isolement, à placer la littérature au centre de l’univers culturel, et de faire graviter, comme les planètes autour du soleil, les sciences, les arts et les savoirs autour d’elle, en oubliant que, au sein de l’espace social, elle n’est elle-même qu’un petit corps céleste interagissant avec d’autres, entretenant avec eux des relations complexes mais somme toute secondaires.3

Toutes les œuvres sélectionnées ont entre elles deux éléments qui les rassemblent et qui nous permettent de justifier leur mise en regard. Tout d’abord, elles portent toutes sur une période bien précise de l’histoire : la Révolution française, dont elles essaient de rendre compte et qu’elles tendent à penser. Toute histoire au XIXe siècle est plus ou moins une histoire de la Révolution française, comme toute action politique est toujours en quelque sorte une réécriture de cette histoire des événements révolutionnaires, une relecture, une réinterprétation. C’est pourquoi revenir à la source même de toute l’écriture de l’histoire de cette époque nous paraissait important : il s’agit de montrer l’histoire (la discipline autant que les faits) qui s’écrit et qui écrit, et ainsi de dévoiler les potentialités qui résident dans l’écriture de l’histoire à l’origine même de sa création disciplinaire, afin de mieux éclairer les différentes tentatives qui apparaissent aujourd’hui dans le champ de l’écriture historique et qui bien souvent ne sont en réalité que des phénomènes déjà contenus en puissance dans les productions du début du XIXe siècle. Le deuxième élément qui rassemble toutes ces productions est leur aspect communicatif. Toute histoire, et plus largement toute écriture est une adresse. La communication, pour reprendre le terme employé par Alain Vaillant, met toujours en regard et en dialogue un destinataire et un destinateur. L’écriture de l’histoire montre ainsi tout un ensemble complexe d’appropriation de la figure du lecteur par l’historien – entendons par là par celui qui écrit l’histoire (les faits historiques). Cette figure du lecteur est plurielle et répond à différentes attentes, à différents procédés stylistiques, est elle-même d’origines et d’identités diverses. Le lecteur est ainsi à la fois un lecteur sociologique – le lecteur « réel » -, un lecteur virtuel et uniquement textuel – le narrataire –, l’auteur lui-même en tant que lecteur de sources et d’archives lui permettant de composer à son tour une œuvre, les grands hommes du passé à qui s’adresse l’auteur ou encore ceux du futur, etc. Chaque fois, les procédés employés sont bien différents et inscrivent l’espace diégétique dans des lieux divers et symboliques qui nous serviront à étudier la manière dont fonctionnent ces adresses et les différentes fonctions auxquelles elles répondent : l’école, pour la fonction didactique de la parole au lecteur ; le tribunal, pour sa fonction accusatoire et judiciaire, tournée aussi bien vers le passé que le présent de l’auteur ; l’archive enfin, pour sa fonction érudite, qui va de pair avec un autre lieu qu’elle accueille : le cimetière, qui donne à la parole du lecteur une fonction spectrale et hantologique. Chaque fois que le lecteur change d’identité, le scripteur lui aussi change et s’adapte à ce nouvel interlocuteur. Le scripteur peut ainsi être l’historien lui-même, mais aussi le lecteur sociologique participant à l’écriture même de l’œuvre, ou encore ces spectres du passé qui viennent parler aux contemporains de l’historien. Diverses stratégies de communication sont ainsi à l’œuvre qui montrent à la fois le caractère pluriel de la fonction même de l’histoire, ce qu’elle a à dire mais aussi ce qu’elle est, comment elle se comprend et s’identifie. Ce sera donc, à travers l’étude de l’écriture de l’histoire, un moyen d’étudier l’histoire en tant que telle, cette grande discipline dans laquelle nous comprenons également, du moins pour ce premier XIXe siècle, le roman, le théâtre, l’essai, la politique, etc. Un siècle historique et littéraire, c’est-à-dire ayant comme objet l’histoire et empruntant à la littérature ses moyens pour l’écrire, ce pourquoi José-Luis Diaz et Alain Vaillant, dans l’introduction au dossier qu’a présenté la revue Romantisme sur les rapports entre histoire littéraire et histoire culturelle, ont parlé d’un siècle « où, jamais, les écrivains n’ont eu à ce point la conviction d’être des acteurs de l’Histoire »4.

Télécharger le mémoire complet ici

  1. Jean Starobinski, Préface à Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978, p. 19. []
  2. Alain Vaillant, « Histoire culturelle et communication littéraire », Romantisme, 2009/1 n° 143, p. 102. []
  3. Ibid., p. 106. []
  4. José-Luis Diaz et Alain Vaillant, « Introduction », Romantisme, 2009/1, n° 143, p. 4. []

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *