Chateaubriand, Études historiques

Etudes historiques

« Maintenant les trois vérités fondamentales, combinées d’une autre façon, vont produire aussi les faits du Moyen-Âge : la vérité religieuse, dominant tout, ordonnera la guerre et commandera la paix, favorisera la vérité politique (la liberté) dans les rangs inférieurs de la société, ou soutiendra partiellement le pouvoir dans des intérêts privés ; elle poursuivra avec le fer et le feu la vérité philosophique échappée de nouveau du sanctuaire sous l’habit de quelque moine savant ou hérétique. Ainsi continuera la lutte jusqu’au jour où les trois vérités, se pondérant, produiront la société perfectionnée des temps actuels »1

                Avec ses Études historiques, Chateaubriand revendique une harmonisation des temps comme principe historiographique majeur : parce que la question des rapports qui unissent et qui distinguent les différentes temporalités est complexe, il convient de ne rien exclure et de chercher un moyen de composer avec la différence pour parvenir à constituer un récit à la fois intelligible et intelligent. C’est ainsi que l’historien en appelle dès les premières pages de son ouvrage au principe de pondération qui doit constituer la société future qu’il appelle de ses vœux, et de laquelle doit s’inspirer le renouvellement de l’écriture historique qui s’installe depuis la révolution française. Une idée juste des temps, c’est-à-dire une idée non seulement impartiale et la plus exacte possible, mais aussi une idée qui sait reconnaître dans l’étrangeté du temps ce qui relève de la différence ou de la similarité. Ne pas forcer l’exotisme du passé donc, ni le considérer simplement comme un précurseur du temps présent : trouver sa juste place, sa juste définition ; et par conséquent trouver l’écriture qui saura le mieux rendre compte de l’histoire.

« Il n’y a donc rien de nouveau à remarquer sous les deux premières races »2, commence Chateaubriand dans ses Études, ce qui ne donne pas pour autant à cette période une importance moindre que les suivantes. En rendre compte s’avère toutefois plus délicat : il faut trouver « une idée juste de ces temps sans y chercher des nouveautés qui n’y sont pas »3. Ecrire l’histoire se présente donc d’emblée comme une tâche complexe qui demande au narrateur du XIXe siècle de rendre compte de faits qui lui sont étrangers tout en composant avec les instruments les plus modernes qui sont à sa disposition : la langue française du XIXe siècle tout d’abord, mais également les apports des études historiques modernes, les documents, les supports et les objets de transmission qui permettent de toucher un public plus ou moins large, tout comme l’horizon d’attente des lecteurs de son époque. Face à ce que Chateaubriand appelle ces « abîmes qui nous séparent du passé »4, qui font du passé un autre dont il faut rendre compte tout en l’assimilant à une histoire commune et nationale qu’est celle de l’histoire de France, le narrateur se mue en véritable voyageur parcourant des peuples inconnus et plus ou moins exotiques devant lesquels il s’étonne. Le droit de régale, c’est-à-dire le droit que les rois de France avaient sur les diocèses ne possédant pas d’évêque, apparaît ainsi à Chateaubriand comme une coutume de la Perse ou des Indes qui lui est totalement étrangère5. C’est en ce sens que l’écriture est nécessaire, opérant un pont qui saura rendre intelligible et familière l’histoire tout en prenant soin de lui conserver sa part d’étrangeté et d’originalité.

Car l’écriture de l’histoire possède un double objet : les temps passé, dont elle essaie de rendre compte, mais aussi les lecteurs à qui elle s’adresse tout en essayant de leur enseigner ce qu’ils ont pu être – c’est-à-dire un peu de ce qu’ils sont. Chateaubriand utilise ainsi volontiers la référence littéraire afin de se faire comprendre du lecteur, au risque de perdre un peu de ce qui constitue l’exactitude de l’histoire. Après avoir conté sur une demi-page la demande en mariage de Clovis à Clotilde, Chateaubriand donne ainsi une image de son propos qui saura éveiller l’imagination du lecteur : « c’est une scène de l’Odyssée »6.

L’historiographie de Chateaubriand est donc une adresse au lecteur, un message qui porte à l’attention des contemporains l’histoire qu’il met d’ailleurs en scène tout au long de son ouvrage. Le lecteur n’est en effet pas seulement le destinataire d’études historiques composées par Chateaubriand : il en est l’acteur et le personnage tout autant que le récepteur, un personnage qui se transforme parfois en véritable compagnon de route de l’historien et le suit dans ses promenades à travers les siècles. Exigeant, Chateaubriand ne compose pas seul son histoire et demande au lecteur de participer activement à combler les trous du texte et de la recherche historiographique, lui demande de constituer son savoir à l’unisson du texte sans se réduire au rôle de réceptacle passif. Le lecteur est ainsi souvent invité à conclure là où l’historien ne fait que décrire : « Dans ces crimes de Khloter et de Khildebert, distinguez ce qui appartient à la civilisation de ce qui tient à la barbarie »7. Exigence, mais aussi sympathie, sollicitude et soin afin de permettre au lecteur de se sentir familier dans ces temps que Chateaubriand lui présente ; le narrateur offre donc volontiers au lecteur des clés pour lui permettre d’appréhender au mieux les siècles abordés : « le lecteur ne s’est point trouvé en un pays nouveau dans le royaume des Franks ; c’est toujours l’Empire barbare-romain, tel qu’il existoit plus d’un siècle avant l’invasion de Khlovigh »8. Les questions sont nombreuses également, parfois sans réponse, qui offrent au lecteur la possibilité de réfléchir sur ce qu’il vient de lire, qui lui donnent à composer sa propre réponse et sa propre interprétation des faits qui lui sont présentés, ou qui font parfois intervenir au sein même du récit la voix du lecteur-élève à qui l’historien-professeur sera amené à répondre. C’est donc un rapport de compagnonnage tout autant que de maître à élève qui s’instaure entre le narrateur et le lecteur, entre l’historien et son public, rapport au demeurant propre au siècle et que l’on peut retrouver dans la majorité des productions historiques de cette époque, et qui témoigne de la démocratisation d’une société dans laquelle le peuple prend une place de plus en plus importante, et dans laquelle les nouveaux moyens techniques permettent de rendre de plus en plus accessibles les productions scientifiques et savantes.

Pour cela, Chateaubriand a largement recours à ce qui constitue un véritable topos de l’écriture historique au XIXe siècle : les événements historiques y sont présentés comme de grandes fresques que l’historien-peintre doit reproduire puis exposer au mieux à l’intention d’un public le plus large possible. L’histoire est oculaire et passe ainsi principalement par le prisme de la vision : il s’agit de la montrer, de la dévoiler, de la voiler parfois, de la rendre en tout cas perceptible. Dans un contexte de passerelles tout autant que de concurrences entre la discipline historique naissante et l’émergence de plus en plus insistante du romanesque dans le domaine de l’histoire, Chateaubriand mêle les procédés afin de faire de ses Études un objet ludique tout autant que scientifique. Ici l’historien n’hésite pas à donner des gages aux romanciers dans leur entreprise de vulgarisation de l’histoire : « les romanciers du onzième siècle, écrit-il par exemple, en transformant Charlemagne en chevalier, ont été plus fidèles qu’on ne l’a cru à la vérité historique »9. C’est une manière pour le narrateur de mettre à l’honneur certains procédés romanesques, et notamment celui de l’anachronisme qu’il juge utile à la bonne compréhension de l’histoire comme à son écriture. L’anachronisme, lorsqu’il est bien utilisé, donne du sens à l’histoire et répond à l’horizon d’attente des lecteurs ; que serait une étude historique si elle n’était ni compréhensible ni traduisible ? Faire de l’histoire un objet de transmission, c’est jouer avec cet objet pour en révéler toutes ses facettes sans pour autant qu’il se joue de nous10. La comparaison des temps et des siècles sera ainsi constante chez Chateaubriand, rendant visibles le processus de transmissibilité de l’histoire et la communication des temps entre eux, sans pour autant verser dans la confusion qui pourrait mener à considérer des temps différents comme des temps identiques. En ce sens, Chateaubriand fait le pari de l’intelligence du lecteur, à même de discerner ce qui relève de la métaphore ou de l’anachronisme méthodologique de ce qui relève de la pure exactitude historique. Se dresse ainsi devant les yeux du public de l’historien une vaste fresque de tableaux qui s’enchevêtrent et qui sont exposés dans un ordre qui fait sens, des tableaux qui se présentent tantôt comme des originaux, tantôt comme des copies. Le règne de Philippe Ier est ainsi présenté comme un « grand tableau qui n’est plus à faire depuis qu’il a été peint de la main de M. Thierry »11.

Les références aux autres historiens sont en effet nombreuses et donnent à l’ouvrage un aspect polémique, épistémologique et proprement historiographique, au sens cette fois-ci d’histoire de l’histoire. Chateaubriand aime ainsi relever ce qui constitue de véritables nouveautés pour la recherche historique qui lui est contemporaine. Outre l’aspect de légitimation comme l’aspect publicitaire du procédé, la présentation des recherches les plus innovantes et les plus audacieuses, comme la confrontation avec les opinions des historiens qui l’ont précédé, offrent au lecteur un panorama des recherches historiques en cours sur telle ou telle période, ou sur telle ou telle question, et permet ainsi de lire les Études de Chateaubriand en les mettant en perspective par rapport à son époque et à l’état des recherches au début du XIXe siècle. Évoquant la transformation de la monarchie élective de Hugues Capet en monarchie héréditaire, le narrateur nous présente ainsi « la cause immédiate qu’aucun historien, du moins que je sache, n’a encore remarquée : le sacre usurpa le droit d’élection »12. Mais cette tendance à l’historiographie traduit bien souvent l’état des polémiques qui sont en cours et sert à donner un positionnement critique et parfois politique à l’historien dans le champ de l’histoire post-révolutionnaire. Chateaubriand revendique ainsi le statut impartial de l’histoire, un statut qui lui sera préservé à condition que l’historien devienne lui-même partisan. Étrange paradoxe que celui d’une histoire impartiale maintenue telle par la partialité même de son narrateur. « L’histoire moderne, écrit Chateaubriand à propos des mœurs du Moyen-Âge, doit prendre soin de détruire un mensonge, non des chroniqueurs qui sont unanimes sur la corruption des bas siècles, mais de l’ignorance et de l’esprit de parti des temps où nous vivons »13.

Cette prise de position de l’historien dans le champ de sa discipline va de pair avec l’exhibition du moi de l’historien au sein même de son récit. Avant les Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand compose déjà avec le moi au sein de ses Études historiques et utilise la première personne du singulier dans son ouvrage. Il y fait part de ses espoirs, de ses doutes, de son identité même en tant que Français et par conséquent de sa partialité devant le spectacle des grandes batailles qui ont illustré l’histoire de France. Il y parle de « nos annales », de « notre patrie », de ses réserves quant à la réformation (« l’impartialité historique ne permet pas de le taire »14, écrit-il alors), des événements contemporains de l’époque même où il est en train d’écrire15, mais aussi des édifices dans lesquels il se rend pour ses recherches historiques et des documents qui lui servent à cet égard. L’historien donne ainsi à voir aux lecteurs un peu de la recherche en train de se faire, met à nu ce qui relève parfois pour lui de l’émotion, et donne ainsi à son récit de la légitimité et du crédit par la monstration des sources et du travail personnel et impliqué du chercheur. Nous sommes alors bien loin de ce qui triomphera à la fin du siècle sous la bannière de l’école méthodique ! Si Chateaubriand cite Augustin Thierry, c’est ainsi parce qu’il « ne peut se refuser au plaisir de citer un passage de la dix-neuvième lettre sur l’Histoire de France »16 ; s’il se croit légitime à parler de saint Louis, c’est parce qu’il a vu lui-même le lieu de la mort du roi17 ; et s’il peut affirmer que Bertrand Du Guesclin savait signer, c’est parce qu’il a lui-même constater sa signature au bas de quelques documents18.

Une véritable stratégie auctoriale se fait donc jour dans la présentation au sein même du texte des documents qui ont servi à son élaboration. De longues citations parsèment les Études historiques et font ainsi de l’ouvrage un texte hybride qui mêle le récit, l’archive, l’épistolaire et la composition de textes antérieurs d’historiens. Compagnon de route de l’historien, le lecteur l’est d’autant plus qu’il le suit tout au long de sa recherche au sein même des lieux de mémoire qui composent alors le paysage de la France du XIXe siècle. Évoquant l’assassinat du duc de Guise dans le château de Blois, Chateaubriand raconte ainsi sa rencontre avec un soldat qui lui montra la chambre où eut lieu le meurtre : « En 1807, revenant de la Terre-Sainte, je passai à Blois, et visitai le château ; il étoit rempli de prisonniers de guerre. Ce fut un soldat polonais qui me montra la salle des états, la chambre où le duc de Guise avait été assassiné, et sur le pavé de laquelle on avait cru voir long-temps des traces de sang »19.

L’histoire a donc besoin d’être écrite, mais elle a également besoin d’un auteur et d’un lecteur sans lesquels elle ne saurait trouver sa juste composition. Car les événements du passé son un chaos que les historiens et les lecteurs travaillent à ordonner et à rendre intelligible. Pas d’histoire sans œil, sans regard, sans intelligence et sans imagination ; c’est-à-dire pas d’histoire sans récit. En bon équilibre, l’historien cherche donc la juste mesure à partir de laquelle il pourra ordonner l’histoire sans pour autant la déformer de manière excessive : « Je ne prétends pas établir ici des divisions tranchées, écrit Chateaubriand, commençant tout juste à telle date, finissant tout juste à telle autre ; les choses sont plus mêlées dans la société : les siècles s’élèvent lentement à l’abri des siècles ; les mœurs nouvelles, au milieu des anciennes mœurs, sont comme les jeunes générations qui grandissent sous la protection des vieilles générations dont elles sont sorties »20. L’écriture de l’histoire est un travail d’optique, une manière de trouver le bon angle, la bonne résolution et la bonne distance qui va permettre de rendre visible précisément tout en donnant une vue d’ensemble, qui va permettre de transmettre tout en conservant : « Si l’on veut connoître enfin notre ancienne patrie, nous dit le narrateur des Études historiques, il en faut recomposer le tableau général avec les tableaux particuliers des provinces »21. Cela suppose de réduire parfois à l’excès le rythme de la narration, de s’attarder longtemps sur quelques heures ou quelques minutes de l’histoire, tout en sachant accélérer le récit aux moments opportuns, et donner de plusieurs siècles la synthèse en quelques mots seulement, à travers l’étude d’un seul grand personnage par exemple22, sans oublier de faire la part à l’imaginaire et aux croyances des hommes du passé, si étrangères soient-elles à l’historien. Le narrateur se doit donc parfois d’exposer ses manques, de prendre garde à l’attention du lecteur, à sa patience, son intelligence, sa fatigue éventuelle : « je me sers des locutions modernes pour me faire comprendre »23 explique ainsi parfois Chateaubriand, tandis qu’il regrette également de ne devoir présenter qu’une « ébauche qu’achèveront des mains plus habiles et plus heureuses »24. « Il en resteroit beaucoup à dire sur la féodalité, note-t-il dans ses Études, mais peut-être en ai-je déjà parlé trop long-temps ; je viens à la chevalerie »25.

Si l’Analyse raisonnée de l’histoire de France qui compose la première et la dernière partie de l’ouvrage offre ainsi un tableau méthodique et soigneusement orchestré d’une partie de l’histoire de France, Chateaubriand doit bien avouer son échec à ordonner l’histoire des mœurs de la France dans la seconde partie des Études, qu’il intitule Histoire de France. On y lit une histoire fragmentaire, composée de plusieurs petites anecdotes historiques précédées de sommaires et retraçant chronologiquement l’histoire de France. Ici se fait jour l’intérêt qui anime Chateaubriand pour l’organisation du récit dans la composition de l’histoire de France, qui fait de l’auteur des Etudes historiques un historien tout autant qu’un écrivain, ou plutôt devrait-on dire qu’il est historien parce qu’il est également un écrivain :

« Chercher à dérouler avec méthode le tableau des mœurs de ce temps, seroit à la fois tenter l’impossible, et mentir à la confusion de ces mœurs. Il faut jeter pêle-mêle toutes ces scènes telles qu’elles se succédoient sans ordre ou s’enchevêtroient dans une commune action, dans un même moment : il n’y avoit d’unité que dans le mouvement général qui entraînoit la société vers un perfectionnement éloigné, par la loi naturelle de l’existence humaine »26

Pour citer cet article : Dimitri Julien, "Chateaubriand, Études historiques". Publié sur Écritures historiques, 25/06/2015, [En ligne] URL : http://ecrirehist.hypotheses.org/224.

 

 

  1. François-René de Chateaubriand, Œuvres complètes, t. 5, Études historiques, Paris, Lefèvre – Ladvocat, 1831, p.4. []
  2. Ibid., p. 5. []
  3. Ibid., p. 6. []
  4. Ibid., p. 17. []
  5. Ibid. []
  6. Ibid., p. 15. []
  7. Ibid., p ; 21. []
  8. Ibid., p. 27. []
  9. Ibid., p. 50. []
  10. À ce sujet, lire Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014, p. 209 : « On joue l’histoire, on joue à l’histoire, pour éviter que l’histoire se joue de nous ». []
  11. François-René de Chateaubriand, Etudes historiques, op. cit., p. 84. []
  12. Ibid., p. 77. []
  13. Ibid., p. 183. []
  14. Ibid., p. 442. []
  15. À propos de la journée des carricades de 1588 : « Comme je m’occupais de ces barricades qui chassèrent un roi de Paris, d’autres barricades faisoient disparoître en quelques heures trois générations de rois », Ibid., p. 488-489. []
  16. Ibid., p. 91. []
  17. Ibid., p. 101 : « J’ai vu le lieu de la mort de saint Louis : les historiens futurs trouveront peut-être dans le récit que j’ai de cette mort, quelques détails que mes devanciers ont ignorés, et dont je n’ai dû la connoissance qu’aux vicissitudes de ma vie, Vita est in fuga ». []
  18. Ibid., p. 381 : « Du Guesclin n’écrivoit pas, mais il savoit signer. J’ai vu sa signature, Bertrand, au bas de quelques dispositions de famille ». []
  19. Ibid., p. 514-515. []
  20. Ibid., p. 76. []
  21. Ibid., p. 89. []
  22. « Chaque époque historique a un homme qui la représente ». Ibid., p. 100. []
  23. Ibid., p. 139. []
  24. Ibid., p. 136. []
  25. Ibid., p. 164. []
  26. Ibid., p. 216-217. []

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *