Archives par mot-clé : analyse

François Guizot et l’enseignement de l’Histoire

François Guizot

« Il faudrait donc, pour se conformer à la vraie chronologie, à la chronologie interne et morale, étudier les hommes avant la société. Mais l’ordre historique véritable, l’ordre dans lequel les faits se succèdent et s’engendrent réciproquement, diffère essentiellement de l’ordre scientifique, de l’ordre dans lequel il convient de les étudier. Dans la réalité, les faits se développent, pour ainsi dire, du dedans au dehors ; les causes sont intérieures et produisent les effets extérieurs. L’étude, au contraire, la science, procède et doit procéder du dehors au-dedans. C’est du dehors qu’elle est d’abord frappée ; c’est le dehors qu’elle atteint du premier coup, et c’est en le regardant qu’elle avance, pénètre et arrive, pas degrés, au-dedans.

Nous rencontrons ici, Messieurs, la grande question, la question si souvent et si bien traitée, mais non encore épuisée peut-être, des deux méthodes, l’analyse et la synthèse. Celle-ci est la méthode primitive, la méthode de création ; l’autre est la méthode de seconde date, la méthode scientifique. Si la science voulait procéder suivant la méthode de création, si elle prétendait saisir les faits dans l’ordre suivant lequel ils se produisent, elle courrait grand risque, pour ne pas dire plus, de ne se point placer en débutant à la source pleine et pure des choses, de n’en pas embrasser le principe tout entier, de ne se prendre qu’à l’une des causes d’où les effets dérivent ; et, engagée alors dans une voie étroite et fausse, elle s’égarerait de plus en plus ; et au lieu d’arriver à la création véritable, au lieu de trouver les fait tels qu’ils se produisent réellement, elle n’enfanterait que des chimères sans valeur, malgré la puissance intellectuelle qu’on aurait dépensée à les poursuivre, mesquines au fond, sous une apparence de grandeur.

D’autre part, si la science, en procédant du dehors au-dedans, selon la méthode qui lui est propre, oubliait que ce n’est point là la méthode primitive et féconde, que les faits en eux-mêmes subsistent et se développent dans un autre ordre que celui où elle les voit, elle pourrait arriver à oublier que les faits la précèdent, à méconnaître le fond même des choses, à s’éblouir d’elle-même, à se prendre, en quelque sorte, pour la réalité, et à n’être bientôt plus qu’une combinaison d’apparences et de termes, aussi vaine, aussi trompeuse que les hypothèses et les déductions de la méthode contraire.

Il importe, Messieurs, de ne jamais perdre de vue cette distinction et ses conséquences ; nous les rencontrerons plus d’une fois sur notre chemin. »

François Guizot, Cours d’histoire moderne. Histoire de la civilisation en France, depuis la chute de l’Empire romain jusqu’en 1789, t. 1, Paris, Pichon et Didier, 1829, p. 42-44.