Archives par mot-clé : peinture

Chateaubriand, Études historiques

Etudes historiques

« Maintenant les trois vérités fondamentales, combinées d’une autre façon, vont produire aussi les faits du Moyen-Âge : la vérité religieuse, dominant tout, ordonnera la guerre et commandera la paix, favorisera la vérité politique (la liberté) dans les rangs inférieurs de la société, ou soutiendra partiellement le pouvoir dans des intérêts privés ; elle poursuivra avec le fer et le feu la vérité philosophique échappée de nouveau du sanctuaire sous l’habit de quelque moine savant ou hérétique. Ainsi continuera la lutte jusqu’au jour où les trois vérités, se pondérant, produiront la société perfectionnée des temps actuels »1

                Avec ses Études historiques, Chateaubriand revendique une harmonisation des temps comme principe historiographique majeur : parce que la question des rapports qui unissent et qui distinguent les différentes temporalités est complexe, il convient de ne rien exclure et de chercher un moyen de composer avec la différence pour parvenir à constituer un récit à la fois intelligible et intelligent. C’est ainsi que l’historien en appelle dès les premières pages de son ouvrage au principe de pondération qui doit constituer la société future qu’il appelle de ses vœux, et de laquelle doit s’inspirer le renouvellement de l’écriture historique qui s’installe depuis la révolution française. Une idée juste des temps, c’est-à-dire une idée non seulement impartiale et la plus exacte possible, mais aussi une idée qui sait reconnaître dans l’étrangeté du temps ce qui relève de la différence ou de la similarité. Ne pas forcer l’exotisme du passé donc, ni le considérer simplement comme un précurseur du temps présent : trouver sa juste place, sa juste définition ; et par conséquent trouver l’écriture qui saura le mieux rendre compte de l’histoire.

Continuer la lecture de Chateaubriand, Études historiques

  1. François-René de Chateaubriand, Œuvres complètes, t. 5, Études historiques, Paris, Lefèvre – Ladvocat, 1831, p.4. []