Un doctorant, un bureau et un costume de super-héros

 

The Earthquake Proof Desk d’Arthur Brutter et Ido Bruno

Passant d’un petit studio étudiant à une maison contenant plusieurs chambres, je peux enfin disposer d’une pièce qui m’est propre, qui sera mon refuge ainsi que mon lieu de travail et de réflexion dans le cadre de ma thèse : un bureau. Le lieu dans lequel nous travaillons influence indéniablement les dispositions d’esprit dans lesquelles nous pouvons nous trouver ; si pour certains, « le plaisir des yeux et du beau est fondamental » au travail, comme le note l’architecte Weeke-Dottelonde1, il me semble quant à moi avoir besoin d’un endroit plus austère et moins plaisant pour créer des conditions de possibilité favorables à mes recherches.

Le statut de doctorant nécessite en effet certaines exigences auxquelles il n’est pas toujours aisé de se plier. Tout est fait pour nous éloigner du travail et pour nous décourager : le rythme lent sur lequel se fondent les recherches, qui ne donnent leurs fruits qu’après plusieurs mois, si ce n’est plusieurs années, la patience qui incombe donc au chercheur, l’abnégation également, mais aussi les bruits du monde qui parfois détournent du silence et du calme qui sont nécessaires à la lecture longue et attentionnée des œuvres littéraires (tout en favorisant parfois étonnamment la recherche, il faudra y revenir). Seul, chez soi, sans horaire précis ni exigence à court terme pour me donner un semblant de motivation, les tentations sont grandes de faire passer d’autres devoirs et distractions au premier plan : s’occuper de sa maison, de son jardin, préparer des activités pour le week-end, flâner sur internet jusqu’à en perdre la notion du temps, remplir tel ou tel papier administratif, écrire un courriel ou une lettre, se perdre dans les différents fils de twitter, jouer ou encore simplement se détendre. L’autonomie presque totale qui constitue le cœur même du travail de doctorant, et qui peut parfois s’accorder avec un terrible sentiment de solitude, incombe une exigence et une méthodologie rigoureuses pour s’atteler au travail. Certains choisiront de mettre en place un emploi du temps strict auquel ils essaieront de se plier : début de la journée à telle heure, lecture jusqu’à telle heure, rédaction jusqu’à telle heure, fin de la journée à telle heure, etc. D’autres choisiront de se déplacer pour se rendre chaque jour dans un lieu plus favorable à l’état d’esprit que nécessite un travail de recherche : l’université, la bibliothèque, les archives, etc. Mais d’une manière ou d’une autre, il faut toujours se faire violence – car le plaisir de la recherche n’est pas immédiat : il se fait attendre, il retarde, il diffère toujours sa venue ; ami fidèle mais difficilement joignable, il s’invite parfois aux moments les plus inattendus.

À cela s’ajoute la diversité du travail en doctorat. Dans mon domaine, la littérature française, on réduit bien souvent le travail du doctorant à la lecture d’œuvres ainsi qu’à la production d’une thèse. Pourtant, bien d’autres activités s’y ajoutent, plus ou moins parasitaires, plus ou moins simultanées : j’écris pour une revue, j’enseigne à l’université, je réponds à des appels à communication et prépare donc des articles ou des communications orales, j’anime un carnet de recherche sur internet, je gère différents outils de communication et de veille documentaire, j’aide à l’animation et à la coordination d’un séminaire de recherche au sein de mon université et je m’occupe de mon carnet de recherche en ligne, j’assiste à des séminaires ainsi qu’à des colloques, je participe à des formations doctorales proposées par mon université, et je suis amené à travailler parfois sur un projet éditorial. Autrement dit, lire et écrire ma thèse ne constituent que des activités parmi d’autres, et la tentation de n’en faire que des activités annexes est grande ! Il faut donc hiérarchiser ses priorités, savoir le temps qu’il convient de consacrer à telle ou telle tâche. Comment ne pas se demander, par exemple, si l’écriture de ce journal de thèse est véritablement nécessaire, s’il n’est pas superflu, et s’il ne m’empêche pas de consacrer du temps à la lecture ? Chaque tâche accomplie semble ainsi être interprétée comme une activité parasite qui empêche l’accomplissement d’autres tâches peut-être plus importantes. Malheureusement, cette multiplication des activités est difficilement compatible avec l’exigence que l’on devrait pouvoir accorder à chacune d’elles.

Une solide volonté, donc, pour se mettre à l’écart des tentations du monde, ainsi que pour se mettre dans un état d’esprit propice à celui de la recherche, de la lecture, de l’écriture, de l’attention donnée aux œuvres et aux pensées. Tel est le premier outil qui me semble nécessaire à tout travail de doctorat. Mais il me fallait trouver un lieu qui puisse fonctionner comme un catalyseur, un producteur de sens, un seuil qui puisse m’inviter dans le monde de la recherche tout en gardant à distance – mais une distance mesurée et accessible – la prose du monde. Ce lieu, c’est mon bureau ; une pièce au cœur même de la maison, dont la porte fait office de frontière entre ma vie quotidienne et mon travail de recherche, c’est-à-dire qu’elle protège, qu’elle régule et qu’elle permet l’échange et le dialogue à la fois ; un lieu symbolique et quelque peu artificiel pour donner forme spatialement à ce qui devrait être mon travail de doctorant. Artificiel, car ce travail n’est en réalité jamais statique : ni spatialement, ni temporellement ; car il ne cesse jamais, et qu’il peut trouver sa plus grande réalisation dans la rue aussi bien que dans un bureau, un transport en commun ou encore pendant que l’on prend sa douche. La recherche a cela d’insidieux qu’elle offre ses résultats aux moments qui sont parfois les plus anodins. Un bureau donc, qui me protège du monde sans m’en couper pour autant, et qui m’oblige à l’accomplissement de ces nombreuses activités nécessaires à mon travail, et de la tâche pour le moment la plus précieuse entre toutes : la lecture.

J’entre dans mon bureau, je m’installe et je commence à jouer : au doctorant, au chercheur, au lecteur, à l’écrivain, prenant ces poses et ces attitudes si particulières à ces différents rôles que l’on peut endosser. À la manière de ces super-héros de bandes dessinées américaines, je porte un habit qui me cache tout autant qu’il me révèle, qui me donne un rôle, qui me place à part du monde tout en me liant profondément à lui, qui m’échappe de moi-même et de ma vie quotidienne tout en gardant prise avec mon individualité. Je me fais chercheur. Après tout, peut-être n’est-ce que cela, un bureau : un costume de super-héros.

Pour citer cet article : Dimitri Julien, "Un doctorant, un bureau et un costume de super-héros". Publié sur Écritures historiques, 07/12/2014, [En ligne] URL : https://ecrirehist.hypotheses.org/109.

  1. Phine Weeke-Dottelonde, « Architecture et lieu de travail : « le plaisir des yeux et du beau est fondamental » », sur le site Metis : http://www.metiseurope.eu/architecture-et-lieux-de-travail-le-plaisir-des-yeux-et-du-beau-est-fondamental_fr_70_art_29286.html [Consulté le 2 décembre 2014] []

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.