Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales

Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales (2014).

Jablonka - histoire littérature contemporaine

Avec L’histoire est une littérature contemporaine, Ivan Jablonka explicite le cadre théorique à partir duquel il travaille et donne ainsi à lire un essai d’épistémologie historique qui pense les rapports de la science historique avec la littérature et les autres sciences sociales. Cet ouvrage est le soubassement théorique de l’Histoire des grands parents que je n’ai pas eus, un essai de biographie familial paru en 2012, véritable texte-recherche sur lequel l’auteur revient ici pour en faire la méthodologie, tout en élargissant sa perspective à toutes les autres sciences sociales ; un manifeste donc, comme l’indique le sous-titre, duquel nous retiendrons trois thématiques.

Une histoire personnelle.

            L’auteur part d’un présupposé au premier abord anodin : si l’histoire est bien un certain type d’écriture faisant appel à certains procédés littéraires, un certain type de recherche, une certaine méthodologie produisant un certain type de textes, elle est néanmoins avant tout un choix. C’est-à-dire qu’avant d’être un texte, avant même d’être une enquête, l’histoire doit être considérée sous l’angle du possible, à partir de la décision prise par un individu de penser et d’agir selon certains procédés conformes à ce que l’on appelle la science historique. Autrement dit, comme Jablonka le montrait déjà dans son précédent ouvrage, le moi est au cœur de la recherche historique et doit s’assumer dans l’exhibition des joies, doutes, présupposés, certitudes et incertitudes de l’auteur. Il ne faut donc pas prendre comme point de départ le texte historique et sa méthodologie pour appréhender les différentes manières dont les historiens peuvent s’y accoutumer, mais au contraire partir de la prise de décision individuelle et du raisonnement propre à l’auteur pour penser une forme propice à servir la démonstration : « Nous sommes le point de départ et d’arrivée de l’étude historique, mais aussi son objet »1. L’histoire est déjà dans ce choix et dans ce raisonnement, avant le texte, avant l’enquête, avant même le statut de chercheur, et peut-être sans eux ; elle est un effort, une démarche et une pensée2.

La prépondérance du moi implique une manière tout à fait particulière et personnelle d’écrire l’histoire, la mise à nu de l’individualité au cœur même du texte historique, l’usage du « je » et l’exhibition de la sensibilité propre à l’auteur. « L’idée selon laquelle les faits parleraient d’eux-mêmes relève de la pensée magique », écrit Jablonka. L’auteur souhaite en prendre acte de manière tout à fait concrète et invite à changer son écriture à cet égard : il faut se dévoiler, se montrer, donner à lire une correspondance entre l’histoire personnelle et l’histoire collective, faire un pas supplémentaire sur le chemin initié par le genre de l’ego-histoire : « L’important, c’est de ne plus avoir honte »3. Renoncer à l’objectivité au profit de l’honnêteté donc, comme Jablonka l’écrivait déjà dans l’Histoire des grands parents que je n’ai pas eus :

J’ai cherché à être non pas objectif – cela ne veut pas dire grand-chose, car nous sommes rivés au présent, enfermés en nous-mêmes –, mais radicalement honnête, et cette transparence vis-à-vis de soi implique à la fois la mise à distance la plus rigoureuse et l’investissement le plus total.4

Autrement dit, l’historien n’est pas proustien : il ne distingue pas en lui plusieurs individualités qui s’opposent ou se succèdent. Pas de moi superficiel ni de moi profond : « le chercheur et le militant sont une seule et même personne »5. Car l’histoire est en elle-même un militantisme : « Elle s’exerce toujours en milieu hostile, contre un ennemi qui s’appelle erreur, tromperie, déni, mensonge, secret, oubli, indifférence »6.

Une réflexion transdisciplinaire

            Au fond, en changeant le système de référence, c’est à une redéfinition même de la discipline historique que se livre Ivan Jablonka. Pour cela, il opère une relecture de l’histoire de la discipline en nous montrant que les différents rapports de l’histoire à l’individualité de l’historien recoupent les manières dont se lient et se délient les différentes disciplines entre elles – et notamment l’histoire et la littérature. Autrement dit, le littéraire serait une occasion pour l’historien de redonner à lire ses démarches, ses sensations et ses doutes. Il lui offre une possibilité d’expression du moi : « Concilier sciences sociales et création littéraire, c’est tenter d’écrire de manière plus libre, plus juste, plus originale, plus réflexive, non pour relâcher la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer »7. La difficile question de la définition de l’histoire et de la littérature occupe ainsi une large part de l’ouvrage. Une lecture diachronique de cette question nous montre pourtant très vite qu’elle est obsolète : les différences disciplinaires ne semblent pas pertinentes pour penser l’écriture historique, tant histoire et littérature se sont mêlées et démêlées au cours des âges. « Car la littérature, écrit Jablonka, n’est pas expulsable de l’histoire ; on peut seulement l’affadir, la rendre plate et insignifiante »8.

Il convient donc de prendre une certaine hauteur de vue, de repenser les disciplines afin de prendre en compte l’hybridité inhérente à la définition des sciences sociales :

« Il faut s’extraire du cadre disciplinaire (où il y a des « historiens », des « littéraires », des « écrivains », avec leurs domaines de spécialité et leurs concurrences) et isoler ce qui, intellectuellement, fonde l’histoire en tant que science sociale »9.

L’écriture littéraire n’est par conséquent pas un auxiliaire à la méthodologie historique ; elle en est une part active et nécessaire. En réponse à ceux qui conçoivent l’écriture comme une annexe au travail de recherche historique, l’auteur considère qu’il faut mettre en œuvre « une méthode dans une écriture », et non pas l’inverse10. Certes les différences disciplinaires existent, les frontières sont nécessaires, mais il faut néanmoins les comprendre comme un moyen de mettre en relation les textes, non comme un moyen de les séparer absolument. Un dialogue pourrait ainsi donner naissance à cette forme que l’historien appelle de ses vœux : « une forme hybride qu’on peut appeler texte-recherche ou creative history – une littérature capable de dire vrai sur le monde »11.

Ivan Jablonka réhabilite ainsi des procédés stylistiques absents de la plupart des productions historiques contemporaines. C’est le cas de la fiction, qui possède un rapport au réel qui pourrait intéresser l’historien. À partir d’une étude encore une fois diachronique de cet objet, l’auteur dévoile les différents ressorts qui unissent la fiction au réel et qui la distingue de la vérité, pour en faire un outil au service de la discipline historique. Car l’historien a besoin de certains types de fiction, que Jablonka appelle les « fictions de méthode »12 :

Considérer la fiction autrement, non comme une représentation (fût-elle stupéfiante de réalisme), mais comme une opération cognitive. La fiction n’est plus un calque, le dédoublement d’un « donné » qu’on appelle le réel ou l’Histoire, mais un outil qui aide à construire un savoir sur le monde. Au lieu de considérer, comme dans la théorie du reflet, que des faits déjà là sont repris par le roman, on peut supposer que certaines fictions participent d’un raisonnement capable d’établir des faits.13

Nous retrouvons ici l’usage que doit faire l’historien du moi pour renforcer la scientificité de sa démarche et de la fiction même. Car ces fictions de méthode ont comme particularité de s’extraire du réel pour mieux y revenir, mais doivent aussi être commandées par le raisonnement d’un historien qui, tout en les utilisant, donnera à voir en toute transparence sa démarche et ses procédés : les fictions de méthodes « se présentent comme telles, c’est-à-dire qu’elles se dénoncent elles-mêmes »14. Elles sont ce que l’auteur appelle des « fictions réelles »15. Autrement dit, fiction et réel peuvent s’accorder tout autant qu’histoire et littérature se comprendre et dialoguer, car l’histoire s’attache moins à la réalité factuelle qu’à la vérité syntaxique du réel16.

La communication historique.

            Post-structuraliste, Ivan Jablonka réaffirme donc la possibilité du texte à dire le réel : « Tout défectueux qu’il soit, notre verbe est préhensile : un texte peut, malgré tout, rendre compte du hors-texte »17. Mais cette possibilité se fonde sur un troisième objet qui fait du dialogue interdisciplinaire une véritable conférence : le lecteur. Car l’histoire est considérée comme une didactique à destination du lecteur ; elle est communication, comme l’indique lui-même l’auteur dans son texte, ce qui donne à la discipline historique sa scientificité : « Pouvoir vérifier, c’est aussi pouvoir contester » affirme-t-il dans la lignée de Popper18. Si l’écriture est si importante, c’est qu’elle offre donc une possibilité de transmission qui donne à l’histoire une véritable dimension civique : « Pour le lecteur, il est utile de comprendre comment l’histoire permet de comprendre : autrement dit, de comprendre au carré »19.

L’histoire comme écriture de la transmission impose en effet à l’historien non seulement de donner à lire explicitement sa démarche, comme nous l’avons déjà vu, mais aussi de tendre à la vulgarisation du savoir – c’est-à-dire à la transmissibilité de la recherche et de ses résultats pour démocratiser l’histoire. C’est pourquoi l’auteur défend l’usage de l’anachronisme considéré comme nécessaire et inévitable pour toute entreprise d’écriture historique : « l’anachronisme maîtrisé traduit une réalité pour les lecteurs d’aujourd’hui »20. Le lecteur est ainsi convié à prendre part à ce jeu qu’est l’histoire, un jeu qui ne serait pas viable si l’historien ne donnait à lire ses règles : « On joue l’histoire, on joue à l’histoire, pour éviter que l’histoire se joue de nous »21.

Mais Ivan Jablonka va bien plus loin encore, dans la lignée de l’Ecole de Constance : le lecteur n’est pas seulement récepteur passif d’un texte qu’il doit s’efforcer de comprendre ; il est lui-même chercheur, si bien que la communication historique prend une portée universelle. Si l’histoire est avant tout un certain type de raisonnement, alors elle appartient à tous :

« En 1931, Carl Becker défendra au contraire l’idée que tout homme peut être son propre historien : en fouillant dans ses papiers, en vérifiant quelque chose, en expliquant un incident, M. Tout-le-monde fait de l’histoire, au moins à un niveau pratique. »22

Cette démocratie historienne a dès lors besoin de l’historien comme d’un porte-parole qui donne une cohérence au raisonnement par l’écriture, et qui permette à chacun de s’identifier plus ou moins aux chercheurs en reconnaissant chez eux le raisonnement partagé. Ecrire, ce serait donc aussi un processus d’identification qui permet au lecteur de voir en l’historien un semblable. Si bien qu’ « une bonne manière de faire lire les sciences sociales, c’est de les écrire »23. C’est-à-dire de les transmettre, de prouver, de plaire et d’émouvoir, car pour l’auteur « l’histoire est d’autant plus scientifique qu’elle est littéraire »24.

Théorie et pratique.

            L’histoire est une littérature contemporaine est un ouvrage dense et pluriel, qui s’attache tout autant à créer le cadre théorique à partir duquel écrire une nouvelle forme d’histoire qu’à faire l’histoire même de l’histoire et de ses rapports avec la littérature. L’ouvrage est donc lui-même un texte hybride, à la fois essai-manifeste et histoire. Pourtant, il semble difficile d’aborder cette œuvre sans avoir l’Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus en regard. Les deux textes sont non seulement complémentaires, mais aussi indissociables l’un de l’autre et font tous les deux apparaître certains manques en leur sein. Ainsi, autant L’histoire est une littérature contemporaine est un texte fort pour ce qui est de la théorie, autant son écriture peut laisser le lecteur un peu dubitatif : nous n’y retrouvons pas ou peu les procédés dont parle l’auteur et qu’il a si bien utilisés dans son précédent ouvrage. L’écriture semble ainsi quelque peu mise à l’écart par la portée théorique de l’œuvre, de même que la portée théorique de l’Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus n’est peut-être pas suffisamment explicite. Aussi se plait-on à imaginer un texte hybride pouvant mêler ces deux ouvrages, où l’histoire et la littérature se joignent tout en se confondant dans le genre de l’essai. L’épistémologie semble donc difficilement s’inscrire dans le cadre d’une écriture personnelle. Autrement dit, si histoire et littérature tendent aujourd’hui à se fondre, l’épistémologie semble avoir des difficultés à trouver sa place au sein de cette relation. L’histoire est une littérature contemporaine manque peut-être un peu de cette intimité entre lecteur et auteur qui s’instaurait dans le précédent ouvrage ; l’auteur s’y fait plus timide.

Pour citer cet article : Dimitri Julien, "Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales". Publié sur Écritures historiques, 10/03/2015, [En ligne] URL : https://ecrirehist.hypotheses.org/144.

  1. Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, Paris, Seuil, 2014, p. 135. []
  2. Ibid., p. 11. []
  3. Ibid., p. 19. []
  4. Ivan Jablonka, Histoire des grands parents que je n’ai pas eus, Paris, Seuil, 2012, p. 363. []
  5. Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine, op. cit., p. 158. []
  6. Ibid., p. 159. []
  7. Ibid., p. 8. C’est nous qui soulignons. []
  8. Ibid., p. 117. []
  9. Ibid., p. 117. []
  10. Ibid., p. 14. []
  11. Ibid., p. 19. []
  12. Ibid., p. 197. []
  13. Ibid., p. 196. []
  14. Ibid., p. 198. []
  15. Ibid., p. 202. []
  16. L’historien « dégage la syntaxe du réel » comme l’écrit Jablonka. Ibid., p. 140. []
  17. Ibid., p. 15. []
  18. Ibid., p. 174. []
  19. Ibid., p. 295. []
  20. Ibid., p. 205. []
  21. Ibid., p. 209. []
  22. Ibid., p. 130. C’est nous qui soulignons. []
  23. Ibid., p. 314. []
  24. Ibid., p. 307. []

Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d'enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l'iconographie pour la revue Écrire l'histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une réflexion sur « Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.