La violence au XIXe siècle, ou la création de l’histoire & de l’historien

Compte rendu de : Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre‑tombe, Paris : Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernités », 2014, 668 p., EAN 9782745326386.

 

Chateaubriand violence histoire

 

En France, la violence et la constitution de la discipline historique moderne sont indissociablement liées. À bien des égards, c’est la Révolution française — et par extension la Terreur — qui a conduit à cet engouement pour l’histoire et pour l’invention d’une nouvelle généalogie nationale ; la nouvelle génération d’historiens et d’hommes de lettres réagit en effet à la violence telle qu’elle a pu s’exprimer dans cette image obsédante de la guillotine et tend à conjurer cette menace qui pèse encore sur la France et qui hante les esprits chaque fois qu’une nouvelle poussée révolutionnaire se présente à l’horizon. En ce sens, le xixe siècle est l’enfant de la Terreur et de la guillotine ; c’est la violence qui enfante ce que Gabriel Monod désignera en 1876 comme le siècle de l’histoire.

1793 est donc une date hautement symbolique qui marque l’inscription de la France dans une nouvelle histoire : les procédés narratifs pour en rendre compte changent nécessairement, tout autant que les acteurs ou les problématiques de cette discipline renaissante. La violence se fait distance insurmontable, séparant l’avant de l’après 1793. « La Révolution, toute la Révolution, voilà la source de la littérature du xixe siècle », écrira Victor Hugo en 1864. Anne‑Sophie Morel, dans son ouvrage, nous montre que cette violence fondatrice n’est pas seulement à l’origine de la littérature du siècle, mais aussi de l’histoire en tant que discipline scientifique. En étudiant la violence chez Chateaubriand, elle se livre par conséquent à un véritable essai d’historiographie et d’épistémologie historique dans une approche à bien des égards féconde.

La suite sur Acta Fabula


Dimitri Julien

Doctorant contractuel avec mission d’enseignement en Langues et littérature françaises (Lille 3) ; bibliographe et en charge de l’iconographie pour la revue Écrire l’histoire

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Une réflexion sur « La violence au XIXe siècle, ou la création de l’histoire & de l’historien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *