Archives par mot-clé : transmission

Écrire l’histoire au début du XIXe siècle : quelques pistes de recherche

Dans toute sa polysémie, l’écriture de l’histoire est la grande affaire du XIXe siècle français ; il s’agit de comprendre, d’interpréter, d’agir et de transmettre, c’est-à-dire de mêler le politique, la didactique, la mémoire et la recherche.  À bien des égards, l’histoire se constitue au début du siècle comme une œuvre d’art totale : elle concerne toutes les disciplines, toutes les classes, toutes les opinions politiques, tous les médias.  Pour Augustin Thierry, dans sa préface à Dix ans d’études historiques (1834), c’est un véritable « souffle de révolution » qui émerge et qui ravive « toutes les branches de la littérature » ; un engouement que résume Gabriel Monod en 1876 dans une formule destinée à devenir célèbre : « notre siècle est le siècle de l’histoire ».

L’usage que fait Augustin Thierry du mot « révolution » pour décrire cette atmosphère du début du siècle n’est pas anodin : bien plus encore que la vogue des romans historiques de Walter Scott, qui n’est que le symptôme le plus visible sans doute de l’intérêt porté aux événements historiques, c’est la rupture provoquée par la révolution française qui fut déterminante. En ce sens, 1793 est une date hautement symbolique qui marque l’inscription de la France dans une nouvelle histoire : les procédés narratifs pour en rendre compte changent nécessairement, tout autant que les acteurs ou les problématiques de cette nouvelle histoire. Si 1789 fait de la France une actrice de l’histoire, il faut attendre 1793 pour qu’elle devienne historienne. La mort de Louis XVI et la Terreur rendent orphelin le peuple français, et tout le XIXe siècle ne sera dès lors qu’une longue réaction à ces événements fondateurs.  Il s’agit pour la France de se redonner un père, de se libérer de l’image obsédante de la guillotine qui court dans tous les romans historiques de l’époque pour pouvoir réintroduire de la filiation. Le sentiment de solitude qui pèse sur les hommes du XIXe siècle impose de chercher comment renouer la chaîne des temps, comment réintroduire de la communication avec les hommes du passé. Mais cette distance qui sépare l’avant de l’après 1793 semble insurmontable ; le temps s’accélère et hier devient de plus en plus exotique, comme en témoigne Michelet dans sa préface à l’Histoire du XIXe siècle : « Un des faits d’aujourd’hui les plus graves, les moins remarqués, c’est que l’allure du temps a tout à fait changé. Il a doublé le pas d’une manière étrange. Dans une simple vie d’homme (ordinaire de soixante-douze ans), j’ai vu deux grandes révolutions qui autrefois auraient peut-être mis entre elles deux mille ans d’intervalle ».

Continuer la lecture de Écrire l’histoire au début du XIXe siècle : quelques pistes de recherche